Depuis la plus Haute Antiquité le thym est apprécié en Europe pour ses nombreuses vertus médicinales.
Les Sumériens et les Egyptiens de la haute Antiquité l’utilisaient pour embaumer leurs morts. Les Romains faisaient brûler du thym pour purifier l’air et éloigner les animaux nuisibles. Au Moyen Âge le thym était réputé pour donner du courage aux chevaliers (ceci est exact car c’est une plante tonique).

De nos jours, on reconnaît au thym des vertus antiseptiques voire antibiotiques grâce à une concentration en phénol, notamment en thymol. Ses substances sont efficaces contre le mal de gorge, les aphtes, la gingivite et la mauvaise haleine, elles sont aussi reconnues actives sur la destruction des virus et des bactéries de l’atmosphère ainsi que des maladies infectieuses.
En infusion, le thym apaise les maladies des voies respiratoires : bronchite, rhume, grippe et asthme trouvent un rapide soulagement dès les premières
gorgées. Il est conseillé de l’associer avec du plantain à part égale (ces deux plantes vont permettre de désengorger les bronches et permettre une bonne expectoration).
Depuis longtemps on utilise le thym comme stimulant général de tout l’organisme. Tonique nerveux par excellence, il peut remplacer le café le matin pour permettre de faire disparaître les lourdeurs du corps au lever.
Le thym possède des vertus apéritives, mais surtout et avant tout, il favorise la digestion et permet de lutter contre les problèmes intestinaux. Il a un certain pouvoir contre la fatigue et l’anémie et il favorise la circulation sanguine.

Le bain de thym (500g) chaud est tonique, excellent pour les tempéraments lymphatiques et les enfants chétifs. Très chaud il soulage considérablement les rhumatismes.