L’AMI lancé par le gouvernement vise entre autres à tester les solutions d’infrastructures communicantes et intelligentes permettant la circulation d’informations entre le véhicule, la borne et l’usager.©Toyota

Le gouvernement a annoncé hier un premier appel à manifestation d’intérêt sur les véhicules électriques et hybrides. Objet de la démarche : tester la viabilité des solutions d’infrastructures de recharge.

Les ministres de l’Écologie, de l’Économie et le Commissaire général à l’Investissement René Ricol ont annoncé mercredi 16 février le lancement d’un appel à manifestation d’intérêt (AMI) dédié aux infrastructures de recharge pour les véhicules électriques et hybrides rechargeables. Financée dans le cadre des Investissements d’Avenir, l’initiative vise à «  accompagner le développement du marché des véhicules décarbonés grâce à la mise en place de solutions fiables, pratiques et sécurisées d’infrastructures de recharge  ». Elle s’adresse en conséquence aux acteurs des filières énergétique et automobile pour qu’ils lancent des expérimentations autour de quatre axes identifiés comme prioritaires, à savoir : l’interopérabilité des infrastructures nationales et européennes, leur sécurité et leur fiabilité à l’usage, leur insertion dans un modèle d’affaires adapté aux différents marchés et les solutions d’infrastructures intelligentes et communicantes.

Le véhicule décarboné, « une opportunité économique et environnementale »

Dans leur communiqué commun, les deux ministères rappellent que «  le déploiement du véhicule électrique et hybride rechargeable est une opportunité économique et environnementale pour la France ». Outre ses avantages écologiques en termes de réduction de la pollution sonore et atmosphérique, le véhicule décarboné représentera un marché compris entre 20 à 50 Mds € par an en 2020 en Europe (dont 7,5 Mds € en France) et entre 50 à 90 Mds € par an en 2030, précisent-ils. De quoi redonner de l’espoir à un marché de l’automobile en chute libre. C’est donc pour accompagner la « transition progressive » de l’industrie que le gouvernement lance le présent AMI. La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 14 juin 2011 et son montant définitif sera décidé en fonction de la qualité des projets présentés. Un second appel du même type, à destination des collectivités, devrait être lancé prochainement.