produits bio

Articles archivés

clichés sur l’écologie – fin

Créé par le 24 déc 2016 | Dans : produits bio

Un produit bio se conserve moins longtemps: vrai.

Une fois ouvert, le produit doit être utilisé dans un délai de trois mois. Normal en l’absence de conservateurs chimiques. Chez Alpaderm, le vinaigre fait office de conservateur.

Quand la chimie se met au vert

C’est à la fin des années 1990 que le chimiste américain Paul T. Anastas, directeur du Green Chemistry Institute Washington, pose les bases d’une chimie plus respectueuse de l’environnement. Baptisée simplement «chimie verte», elle repose sur une douzaine de principes de base. Parmi ceux-ci, la limitation de la pollution à la source, la conception de produits chimiques plus sûrs, la réduction de l’utilisation de solvants et de dépense énergétique, l’utilisation de matières premières renouvelables, la mise au point de méthodes d’analyse pour prévenir la pollution, etc.

chimie verteAutant de principes qui permettent d’élaborer des molécules biodégradables et biocompatibles, destinées à la fabrication de produits moins polluants et moins gourmands énergétiquement.

Le pro-xylane, issu du bois de hêtre, mis au point par les chercheurs de L’Oréal, peut se targuer d’appartenir à la chimie verte. Molécule très «propre», elle est l’atout anti-âge de la toute nouvelle ligne Derma Genesis de L’Oréal Paris. Un actif qui, combiné à l’acide hyaluronique, puissant repulpant, apporte à la gamme (soins jour, nuit, contour des yeux et sérum ultraconcentré) une expertise indiscutable en termes de régénération. D’un prix très abordable (31 Sfr. 90 les 50 ml sauf contour des yeux, 30 Sfr. 90 les 15 ml), cette ligne préfigure une nouvelle voie au sein de la multinationale.

clichés sur l’écologie – suite

Créé par le 01 oct 2016 | Dans : produits bio

Les contrôles de qualité ne concernent que les ingrédients : faux.

A l’origine de la toute jeune marque Alpaderm, Fr J., confirme l’intérêt majeur de ces certifications qui ne laissent rien passer. «La déclaration des composants, obligatoire au niveau européen depuis le 1er janvier 1998, a déjà contribué à éliminer du marché des produits qui n’avaient de naturel que le nom. Désormais, les composants doivent être répertoriés sur l’emballage, en commençant par ceux qui représentent la plus grande partie du produit. Avec les certifications ECOCERT nous garantissons une qualité supérieure et un respect de l’environnement à tous les niveaux.» Des modes d’obtention des matières premières, des lieux de transformation, d’entreposage, au caractère biodégradable des produits finis, rien n’échappe à la vigilance des organisations de certification.

On ne trouve pas un aussi grand choix d’actifs : vrai.

«Il est normal que le catalogue soit plus restreint, relève A. Jatès. L’agriculture biologique n’en est qu’à ses débuts. Le développement va prendre du temps, mais je suis optimiste: il s’agit d’un mouvement de fond. On ne reviendra pas en arrière. Et je suis persuadée que d’ici à dix ans, bien d’autres extraits viendront s’ajouter au catalogue existant.»

ecoloDe son côté, Fr. Jaczynski s’enflamme: «Je ne suis pas allée choisir en Amazonie des extraits à la mode! Ce qui compte, c’est l’activité réelle des molécules. Bien plus que leur originalité. J’ai sélectionné des plantes aux vertus éprouvées par des générations de femmes. Comme nous nous adressons à des bébés, nous avons opté pour des ingrédients naturels et traditionnels ayant fait leurs preuves depuis plus de cent ans.» D’ailleurs leur produit star, le cérat, s’inspire directement d’une formule développée par le médecin Galien, au Ier siècle après Jésus-Christ. Formule cicatrisante à base d’huile, d’eau et de cire d’abeille servant d’émulsionnant.

Les textures sont moins raffinées : de moins en moins vrai.

Prétendre que les textures sont moins hédonistes n’est plus fondé, note  Jabès. En tout cas pour Bio Beauté par Nuxe qui se targue d’avoir sélectionné, en laboratoire, des huiles comme les bienfaits de l’huile de krill dont la haute teneur en acides gras essentiels (oméga 3 et 6) offre à la fois une exceptionnelle affinité avec la peau et une efficacité optimale. Pour avoir testé l’huile démaquillante, je ne peux que confirmer. «A mes yeux, la silicone est comme un vernis, stigmatise-t-on chez Alpaderm. La certitude d’une douceur instantanée au moment de l’achat, je l’assimile à un leurre. En tout cas, Il s’agit d’un produit artificiel non biodégradable. Avec une crème comme le cérat, nous restaurons en profondeur. Sa douceur, la peau la récupère en peu de temps

Quelques clichés sur les écolo

Créé par le 11 juil 2016 | Dans : produits bio

 La cosmétique bio emballe, avant tout, les ringardes : faux.

Non, celle-ci n’est plus l’apanage d’écolos pures et dures, comme le souligne A Jatès, présidente du Laboratoire Nuxe qui vient, tout juste, de lancer sur le marché une seconde marque 100% bio. Ce type de soin répond à la demande de nouvelles consommatrices qui se posent globalement des questions sur l’alimentation, la santé, et donc sur les produits de beauté. Des consommatrices inquiètes de ce qu’elles lisent sur certains conservateurs et substances chimiques, mais aussi exigeantes, boudant les textures par trop basiques.

Qui dit bio dit marque confidentielle: 100% faux.

Fort d’un chiffre d’affaires européen de 770 millions d’euros (chiffre communiqué en été 2007), le bio a, indiscutablement, le vent en poupe. Elaborée à partir d’un maximum d’ingrédients d’origine naturelle transformés par des procédés respectueux de l’environnement, cette cosmétique véhicule une image positive qui n’a pas laissé insensibles les grands groupes.

ecologieL’Oréal vient, en effet, d’acquérir le laboratoire français Sanoflore, pionnier dans la fabrication des produits certifiés bio, et le groupe Clarins a signé avec la société Kibio un accord en vue de développer une ligne naturelle biologique. Mieux, voilà un an, la marque Care de Stella McCartney, profitant de l’expertise de laboratoires communs avec Yves Saint Laurent, a fait entrer le bio dans le domaine du luxe. On est donc très loin de la connotation «pharmaceutique» des pionnières des années 1990!

Un soin qualifié de «naturel» est nécessairement bio : faux.

Il ne suffit pas qu’un produit contienne quelques extraits d’origine naturelle ou végétale pour être estampillé bio : voir le guide COMETOX . En Allemagne d’abord, puis en France à la fin des années 1990, divers organismes de certification, regroupant des distributeurs, des détaillants de la filière bio et des agriculteurs, ont mis au point des cahiers des charges ambitieux. Ceux-ci définissent les critères auxquels sont soumis les produits bio. Organisme de certification européen le plus connu mais aussi l’un les plus importants, ECOCERT est une référence dans 85 pays dont la Suisse. Cosmétique ECO (pour écologique) et Cosmétique BIO, ses deux labels, ont des exigences très élevées. Pour en bénéficier, les produits doivent répondre aux contraintes suivantes :

– 95% minimum du total des ingrédients doivent être d’origine naturelle.
– 50% minimum du total des végétaux, 5% du total des ingrédients doivent être issus de l’agriculture biologique.
– Parfums et colorants de synthèse, silicones, parabènes et dérivés sont interdits. Seuls quelques ingrédients de synthèse (encore non disponibles en origine naturelle) sont autorisés.
Plus strict encore, le label Cosmétique BIO garantit que 10% du total des ingrédients (au lieu de 5%) sont issus de l’agriculture biologique. En Allemagne, c’est le label BDIH qui signale les «cosmétiques naturels contrôlés». Exemples connus en Suisse : Weleda ecocert et Dr. Hauschka.

quelques produits écologiques de consommation courante

Créé par le 13 nov 2012 | Dans : produits bio

Les Bowls

réalisés par un collectif associatif brésilien, les bols sont issus de l’arbre à bulles, avec comme seul composant du papier journal recyclé. Chaque coupe a été assemblée, puis peinte à la main, et leur grande capacité permet d’y loger bon nombre de fruits. Il ne reste plus qu’à choisir pour illuminer son intérieur en faisant un achat responsable.

L’huile d’aroma-zone

les huiles végétales sont un bon moyen pour protéger sa peau en étant certain de ne pas utiliser de produits chimiques. L’huile d’aroma a été obtenue uniquement grâce à de la pulpe d’avocat bio et elle est particulièrement nourrissante pour l’épiderme. Comme la majorité des autres huiles elle même servir pour assaisonner les repas.

Les thés

Les thés bio à l’amande et à la pistache, en provenance d’Ouzbékistan, nous font profiter des saveurs traditionnelles de ce pays. Pour rester dans le veine bio, il existe aussi des thés à la menthe, au gingembre ou encore à la verveine.

le drap écologique

tout le coton de ces draps est issu de l’agriculture biologique, ce qui permet de limiter les allergies pour les peaux sensibles. Et les couleurs suivent celles de la nature puisqu’elles sont toutes végétales (lin naturel, plantes…). de quoi se sécher en douceur.

 

 

 

 

Motorauto |
Thérapie Asie |
Themassagetube |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hubert90
| Troubles Neurovisuels
| Pharmanono