Terrassement travaux publics : Un accord pour verdir les routes

Créé par le 21 juin 2015 | Dans : environnement

Un engagement à réduire d’un tiers les émissions de CO2 pour la construction des routes d’ici 2020.DR

La fédération nationale des travaux publics et le ministère du développement durable ont signé hier un accord qui engage les entreprises, particulièrement les constructeurs de route, à réduire d’un tiers leurs émissions de CO2 d’ici 2020, à recycler 100% des matériaux géologiques employés ou encore à couper de moitié leur consommation d’eau. Un bel effort pour des entreprises qui n’ont pas une bonne image environnementale dans l’opinion publique.

L’automobile n’a pas bonne presse dans le développement durable. Malgré la crise, les difficultés du secteur et l’ampleur des aides publiques, elle peine à inventer un modèle plus respectueux de l’environnement et des énergies fossiles. Les signaux d’alarme se multiplient, de la baisse des ventes de véhicules à la baisse de fréquentation des autoroutes. Celle-ci, chiffrée à 1,4 % en 2008, inquiètent d’autant plus les gestionnaires d’autoroute qu’elle ne s’explique pas, comme ils l’avaient d’abord pensé, par la hausse des carburants du début de l’année 2008, puisque la baisse a continué avec le retour de l’essence à un prix plus acceptable pour le portefeuille des automobilistes.


C’est cependant du côté de la construction des routes et autoroutes qu’un signal fort a été donné hier avec la signature d’un accord entre le ministère du développement durable et les entreprises de travaux publics.


Cet accord, qui engage les entreprises de terrassement et de construction routière, soit plus de la moitié des activités de travaux publics, stipule que ces dernières vont réduire de 33% leurs émissions de CO2 d’ici 2020. Soit 13% de plus que l’engagement pris au niveau européen pour l’ensemble des activités humaines. En outre, les entreprises vont réemployer ou valoriser 100% des matériaux géologiques naturels excavés sur les chantiers de terrassement ou encore réduire de 50% de la consommation d’eau sur les chantiers.

Procédés innovants et pression des commanditaires

La Fédération nationale des travaux publics, dont les adhérents revendiquaient un chiffre d’affaires de 43 milliards d’euros en 2007, n’est pas aussi étrangère qu’on pourrait le penser au développement durable. D’abord parce que les matériaux employés sont de plus en plus performants. Ensuite parce que les élus, commanditaires des travaux, sont de plus en plus exigeants. Un nouveau sondage de BVA, qui a interrogé 300 représentants de collectivités locales, apprend que 86% des sondés disent avoir intégré le développement durable dans leurs priorités, malgré le surcoût que celui-ci pourrait entraîner. Cela se remarque déjà dans les aménagements conduits par les collectivités, notamment dans la dépollution des sols.


Désormais, les routes et autoroutes vont donc se verdir, même si cela paraît antinomique aux défenseurs du tout transport public. Conscientes de l’image plutôt négative qu’elles ont en terme environnemental dans l’opinion publique, les entreprises de travaux publics qui travaillent dans le secteur routier ont donc tenté depuis des années d’être en pointe en matière d’innovation durable. On peut ainsi trouver sur le site de la Fédération nationale des travaux publics, une rubrique intitulée « Bonnes pratiques environnementales » qui décrit les procédés existants pour réduire l’impact écologique de construction de ce qui reste une voie grise à travers les paysages verts.

Dons en nature : Un mécénat pour les plus pauvres

Créé par le 23 mai 2015 | Dans : Non classé

Intermédiaire entre les entreprises et les associations, l’Agence de don en nature veut répondre aux besoins en biens de première nécessité de la population la plus défavorisée de l’hexagone

Pour soutenir les 12,1 % de Français qui vivent en dessous du seuil de pauvreté, une association organise, depuis deux mois, la collecte de produits neufs auprès d’entreprises au profit d’associations qui luttent contre l’exclusion.

Créée en France en 2008, l’association l’Agence de don en nature – EuroGiki veut répondre aux besoins en biens de première nécessité de la population la plus défavorisée de l’hexagone. Ses trois partenaires fondateurs : la Fondation Internationale Carrefour, Leyton & Associés et la Fondation L’Oréal. Ce « mécénat produits », concept qui a déjà fait ses preuves aux Etats-Unis, consiste à couvrir les besoins non alimentaires via des associations caritatives telles que SOS Village Enfants, les Restos du Cœur et le Samu Social.

Il pourrait s’étendre à termes à l’ensemble de la zone européenne, selon son le souhait de son président J-E de T’Serclaes. Pour ce dernier, « le double constat qui fonde notre action est sans appel : d’un côté des milliards d’euros de stocks invendus que les entreprises sont contraintes de détruire, tant l’accélération du cycle de vie des produits influe sur la gestion des stocks et augmente leur obsolescence. De l’autre, l’exclusion touche une part très importante de la population française (plus de 7,5 millions de personnes en dessous du seuil de pauvreté), privée de biens non alimentaires de première nécessité ».

Les 25 plantes qui révolutionnent la santé

Créé par le 06 mar 2015 | Dans : santé

 

Plantes Pays d’origine Propriétés thérapeutiques
Aloès Afrique, Arabie, Madagascar Traitements de la peau
Arganier Maroc, Algérie Traitements de la peau
Artemisia Chine Paludisme
Calophyllum Afrique orientale, Inde, Australie Traitements de la peau
Canneberge Amérique du nord, Canada Infections urinaires
Cannelier de Ceylan Sri Lanka Anti-diabète
Curcuma Inde Arthrite et rhumatismes
Ginkgo Japon Circulation sanguine
Ginseng Chine Tonique
Harpagophytum Afrique du sud Arthrose et rhumatismes
huile Karité Afrique de l’ouest Peau huile d’olive
Karkadé Amérique centrale Cardio-protecteur
Maté Amérique du sud Maux de tête & Perte de poids
Millepertuis Amérique du sud, Afrique, Asie Antidépresseur
Noni Polynésie Antivieillissement
Papaye Amérique tropicale Parkinson et Alzheimer
Pervenche Madagascar Cancer
Pivoine Chine Antispasmodique
Quinquina rouge Amérique du sud Paludisme
Shiitake Asie Défenses immunitaires
Spiruline Afrique, Antilles… Défenses immunitaires
Stévia Amérique du sud, Amérique centrale Edulcorant naturel
Tepezcohuite Mexique Brûlures
Uncaria Amazonie Système immunitaire Sida
Yohimbe Afrique Aphrodisiaque

 

 

Santé par les plantes : L’ échinacéa, immunostimulante

Créé par le 28 jan 2015 | Dans : santé

On la multiplie par semis au printemps ou par séparation de touffes et de racines aux intersaisons. On utilise les racines, les fleurs ou la plante entière. Les Indiens l’utilisaient lors de brûlures, de blessures et de piqûres d’insectes et même comme antidote lors de morsures de serpent. Les immigrants d’Europe considérèrent cette plante comme un remède universel.
Actuellement, on reconnaît à cette plante des qualités immunostimulantes. Elle permet donc au corps de mieux se défendre contre des virus, des bactéries et des champignons.
Décriée par les uns qui lui reproche que ses effets ne sont pas démontrés hors de tout doute, louée par les autres, l’echinacea a fait l’objet de nombreuses études pour tester ses vertus, et conserve toujours quelques secrets quant à ses principes actifs.
Au milieu des années 2000, une étude menée par des chercheurs de l’institut de pharmacologie de Graz en Autriche, a cependant mis en évidence son efficacité à combattre le rhume. Conduite en double aveugle sur cent vingt-huit personnes âgées de 18 à 65 ans, elle a mis en évidence que l’extrait d’echinacea a fait diminuer, dans les 24 heures, de près d’un quart l’intensité et la durée du rhume.

La réduction des symptômes atteignant 50% après plusieurs jours de traitement.

Le thym, stimulant général

Créé par le 21 déc 2014 | Dans : végétarien

Depuis la plus Haute Antiquité le thym est apprécié en Europe pour ses nombreuses vertus médicinales.
Les Sumériens et les Egyptiens de la haute Antiquité l’utilisaient pour embaumer leurs morts. Les Romains faisaient brûler du thym pour purifier l’air et éloigner les animaux nuisibles. Au Moyen Âge le thym était réputé pour donner du courage aux chevaliers (ceci est exact car c’est une plante tonique).

De nos jours, on reconnaît au thym des vertus antiseptiques voire antibiotiques grâce à une concentration en phénol, notamment en thymol. Ses substances sont efficaces contre le mal de gorge, les aphtes, la gingivite et la mauvaise haleine, elles sont aussi reconnues actives sur la destruction des virus et des bactéries de l’atmosphère ainsi que des maladies infectieuses.
En infusion, le thym apaise les maladies des voies respiratoires : bronchite, rhume, grippe et asthme trouvent un rapide soulagement dès les premières
gorgées. Il est conseillé de l’associer avec du plantain à part égale (ces deux plantes vont permettre de désengorger les bronches et permettre une bonne expectoration).
Depuis longtemps on utilise le thym comme stimulant général de tout l’organisme. Tonique nerveux par excellence, il peut remplacer le café le matin pour permettre de faire disparaître les lourdeurs du corps au lever.
Le thym possède des vertus apéritives, mais surtout et avant tout, il favorise la digestion et permet de lutter contre les problèmes intestinaux. Il a un certain pouvoir contre la fatigue et l’anémie et il favorise la circulation sanguine.

Le bain de thym (500g) chaud est tonique, excellent pour les tempéraments lymphatiques et les enfants chétifs. Très chaud il soulage considérablement les rhumatismes.

santé : La sauge, propre à tous maux

Créé par le 23 oct 2014 | Dans : végétarien

Son nom est déjà une sorte de diplôme d’efficacité puisque « saliva » vient du latin « salvare » qui signifie « sauver », « guérir ». Mais elle a aussi à son actif le plus beau palmarès de citations à l’ordre de la santé qu’on puisse imaginer.

Pour les Romains, elle est l’« herbe sacrée » qui se récolte avec un cérémonial spécial : sans l’intervention d’outils de fer (on sait maintenant que les sels de fer sont une substance incompatible avec la sauge), en tunique blanche, les pieds nus et bien lavés, après avoir sacrifié au préalable au rituel du pain et du vin.

Les Romains sont persuadés que non seulement la sauge protège la vie mais qu’elle aide à la donner. « Elle retient ce qui est conçu et le vivifie », disent-ils. En foi de quoi ils la conseillent aux femmes enceintes et à celles qui souhaitent le devenir : elles doivent demeurer quatre jours sans partager la couche conjugale, boire une bonne ration de jus de sauge, puis habiter charnellement avec l’homme et, infailliblement, elles concevront.

A l’appui de cette recette est cité le cas d’une ville d’Egypte où les femmes furent contraintes « par ceux qui restèrent d’une grande peste qui y advint » d’ingurgiter la même potion et « par ce moyen ladite ville fut incontinent repeuplée d’enfants ».

Echo Nature N°31 Mai/Juin 2010

Créé par le 21 août 2014 | Dans : environnement

Retour sur un numéro passionnant de la revue Echo Nature .

Comme à l’accoutumée, la diversité des sujets proposés est à l’honneur dans le dernier paru du magazine Echo Nature. Dossier phare de ce numéro, la problématique du logement en France est abordée sous un angle peu habituel. Les initiatives écologiques dans ce secteur, formulées lors du Grenelle de l’Environnement, font en effet la part belle aux objectifs de réduction de la consommation énergétique au détriment des questions élémentaires que sont la pénurie et l’insalubrité touchant un grand nombre de logements actuels. Ce dossier est l’occasion pour l’auteur de briser le tabou qui entoure l’impact sanitaire du « mal-logement », responsable de troubles de santé tels que le saturnisme dû à l’intoxication au plomb.

Pour le dossier Environnement, on quitte le territoire strictement français pour s’expatrier hors frontières, aux côtés des communautés indiennes autochtones réparties sur l’ensemble de la planète. Victimes des changements climatiques, lourds de conséquences sur leur mode de vie intrinsèquement lié à leur environnement, ces peuples autochtones ont trouvé un nouvel ennemi dans les solutions avancées par la lutte climatique. Une fois encore, preuve est faite que la négation des droits humains les plus fondamentaux ne suffit pas à freiner certaines ambitions écologiques, dont la motivation même porte à caution. En attestent ces peuples marginaux, sacrifiés et dépossédés de leur lieu de vie au nom du défi climatique.

Mais les idées noires n’étant pas de mise en cette aire printanière, le dossier nature apporte une bouffée d’oxygène et offre un clin d’œil divertissant, familiarisant le lecteur avec cet étonnant volatile qu’est le martinet noir, capable de chasser, s’accoupler et dormir en volant !

Les lecteurs assidus d’Echo Nature retrouveront leurs rubriques habituelles, depuis le conseil du pro aux nouveautés en matière d’habitat, sans oublier la page Repère consacrée cette parution au poids de l’élevage mondial. Egalement au rendez-vous, les trucs et astuces sont là pour faciliter le quotidien, et la rubrique Livres / DVD revient sur les nouveautés à ne pas manquer. Enfin, Sandrine Polti, conseillère en politique européenne pour la coalition Shark Alliance, répond aux questions d’Echo Nature, notamment sur l’intérêt porté au requin lors de la récente et médiatique CITES.

Marketing Vert et construction résidentielle

Créé par le 21 mar 2014 | Dans : habitat

pour la construction d’habitations durables ?

 

la construction bio d’un bassin

Créé par le 14 déc 2013 | Dans : habitat

Avoir une démarche bio dans nos cadres de vies n’est pas un vain mot. mais cela réclame travail et ingéniosité.

Voici, en vidéo, les démarches de construction d’un bassin d’eau, tout à fait bio compatible.

Admirez la démarche :

 

 

 

 

Les étapes de la construction d’une maison

Créé par le 19 août 2013 | Dans : habitat

Rien ne vaut un rappel des différentes étapes qui participent à la construction d’une maison et pour laquelle un futur propriétaire doit être préparé.

Cela commence par le terrassement du terrain par le constructeur de maison  :  fouilles en masse, en rigoles selon les futurs éléments à implanter. Puis rebouchage des tranchées et évacuation des déblaiements hors du terrain à construire.

Maçonnerie et béton armé

C’est du gros oeuvre de l’habitation dont il s’agit et il faut faire appel à un maçon qualifié  et son équipe pour :

- les fondations de la maison

- les murs extérieurs : parpaings pleins de 0,20 en béton de gravillons dans toutes les parties entérées, parpaings creux pour les parties en élévation

- les murs de refend

- les planchers haut et bas du rez-de-chaussée : dallage en béton (ciré, marqué). Plancher à poutrelles précontraintes. Dalle de répartition

- les conduits et l’assainissement

Les étapes de la construction d’une maison  dans habitat construction-maison-Foto-6

Charpente de la maison

- pannes de 75 x 225 avec chevrons de 60×80 sur étage et garage.  Solives de 65×85 tous les 0,60 sur apprenti du séjour.

- planches de rives et bandeaux en planches de 27mm

- habillage des avants-toits en frisette pin des landes

- plancher des combles en solives de 55×155 tous les 0,50 y compris étrésillons en planches de 27mm et isolation en laine de verre de 120mm.

Pose de panneaux photovoltaïques

Créé par le 25 mar 2013 | Dans : habitat

l’écologie recouvre un vaste champ. Aujourd’hui voici une vidéo didactique sur la pose de panneaux photovoltaïques sur le toit d’une maison :

 



à faire par un professionnel cependant

à la découverte du végétarisme

Créé par le 24 nov 2012 | Dans : végétarien

Mode alimentaire qui exclut la consommation de toute chair animale, le végétarisme n’élimine pas les sous-produits animaux comme le lait ou les oeufs.

On estime à 2% la population de végétariens en France, et de plus en plus de Français tentés par la baisse de consommation de viandes.

Le végétarisme est un mouvement né au XIXeme avec pour idées majeures le respect du vivant et des animaux, la solidarité avec le tiers monde, et au XXeme siècle la préservation de l’environnement (l’élevage industriel ayant entrainé la déforestation), la lutte contre le réchauffement climatique (les animaux produisent du méthane, gaz à effet de serre ), préservation de la santé (à confirmer bien que la lutte contre l’obésité soit évidente). Par ailleurs économiquement les protéines végétales ont un coût moindre que leur pendant animal .

à la découverte du végétarisme dans végétarien vegetarisme-principes-base

repas équilibrés

Cependant des questions restent quant à d’éventuelles carences  en protéines  carnés chez l’enfant…c’est pour cela que équilibrage viande/végétaux est appréciable lors des repas.En plus des fruits et légumes bons pour tous, les végétariens doivent rechercher les végétaux les plus riches en protéines comme les légumineuses, le soja et tous ses dérivés, les graines oléagineuses comme le sésame, les algues et les céréales complètes. Consommation régulière d’oeufs et fromage assurera d’éventuels manques en  vitamine B12.

 

 

 

 

 

 

 

123

Motorauto |
Thérapie Asie |
Themassagetube |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hubert90
| Troubles Neurovisuels
| Pharmanono